S comme Schwartz

Christophe Schwartz (1847-1923)
Le premier des Schwartz à s'installer ferme de Betting s'appelle Christophe. Il est le fils ainé de Jean Schwartz, qui perd en 1852 sa fille, Marie, âgée de trois ans et son épouse, Élisabeth Fotré, suite à la naissance de Pierre, leur cinquième enfant. 
Veuf et père de quatre fils, nés entre 1847 et 1852, Jean Schwartz se remarie l'année suivante avec Anne Catherine Klein, originaire de Marienthal, avec qui il aura encore cinq enfants, tous nés à Seingbouse.
L'une des conséquences de ce second mariage sera l'exode des trois frères de mon AAGP vers l'Algérie... comme j'ai eu l'occasion de l'évoquer dans O comme Oran.
Arbre d'ascendance d’Émile Schwartz

Après avoir opté pour l'Alsace-Moselle(1), Christophe épouse en juin 1874, Marie Catherine Brun, de la ferme de Betting. C'est vraisemblablement grâce à une aide financière des frères oranais... que le couple parviendra à acquérir l'ancienne bergerie des Seigneurs de Betting et les terres avoisinantes... mais cela reste à vérifier !

Marie-Madeleine et Christophe Schwartz (2e et 3e en partant de la gauche)
Entouré de cinq sœurs, leur fils unique, Christophe, continuera tout naturellement l'exploitation agricole. Il épouse en 1908 Marie-Madeleine Schwartz, originaire de Maxstadt. Tous les deux sont cousins éloignés puisqu'ils descendent de Jean Schwartz (1714-1784) et Gertrude Becker (1719-1778).

Liste de descendance de Jean Schwartz
De 1910 à 1916, mes AAGP ont eu quatre enfants : Émile, Édouard, Marie et Christoph décédé prématurément le 25 décembre 1931 à l'âge de 15 ans. 

Émile Schwartz (1910-1986)
Vous savez déjà que mes grands-pères s'appelaient tous les deux Émile... et vous étiez sans doute impatients d'en apprendre un peu plus sur le père de ma mère... née Schwartz, à Betting, à l'époque de la seconde annexion de la Moselle, comme le confirme le stempel [tampon] apposé sur le livret de famille.
Eh bien, ce beau militaire, c'est mon grand-père maternel, qui a épousé en 1937, Cécile Thiel, née à Cappel. Décédée quelques mois après la naissance de ma fille Cécile, ma grand-mère a été très touchée par le choix de ce prénom.
Pour respecter la tradition et en raison du droit d’ainesse, Émile Schwartz a continué l'exploitation laitière familiale... comme son fils après lui.
Vous l'aurez compris les Schwartz sont attachés à leur terre ; car elle est belle notre Lorraine !



(1) Les Alsaciens-Lorrains domiciliés dans les territoires cédés n'avaient aucune déclaration à faire auprès des autorités françaises pour perdre leur nationalité française
  

Commentaires

  1. Bonjour, ma grand-mere maternelle s appelait Mathilde Schwartz, elle est nee a Seingbouse le 18 aout 1908...auriez vous des renseignement sur elle eventuellement? merci

    RépondreSupprimer
  2. Je cherche en particulier des renseignements sur mes arriere-grands-parents maternels. Je ne connais pas leur prenoms. Je sais seulement que mon arriere grand-pere maternel etait rebouteux et que sa femme est morte quand ma grand-mere avait 12 ans. Ma grand-mere a du alors assumer toutes les charges de la ferme et prendre soin de ses freres et soeurs...c est a peu pres tout ce que je sais. Ma grand-mere a vecu a Freyming a l age adulte.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

A comme Aliénor d’Aquitaine

A comme Addiction

C comme Carte du combattant